Le danger de la surexploitation du bois

Notre consommation de bois augmente chaque année. Nous l’utilisons pour nous chauffer, construire des bâtiments, des meubles ou tout simplement fabriquer du papier. En 2018, selon la FAO (L'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture), près de 4 milliards de m³ de bois ont été récoltés pour satisfaire nos besoins mondiaux. Bien que le bois soit un matériau écologique, sa production n’est pas forcément durable.


En effet, aujourd’hui seulement 12% des forêts mondiales à vocation de produire du bois sont certifiées. Le marché du bois est entaché par la présence du bois illégal, une industrie avec de grands enjeux économiques. Cette dernière comprend tout bois exploité, transporté ou vendu en violation de la législation du pays où le bois a été récolté avant sa mise en vente. Ces bois illégaux créent une concurrence déloyale en baissant les prix internationaux. Cette exploitation irresponsable des forêts a également des conséquences sociales et environnementales très lourdes: réduction de la biodiversité, érosion, pollution de l’eau ou perturbation de son cycle, voire même, la déforestation. Des impacts d’autant plus préoccupants que la demande ne cesse d’augmenter. En France, le bois offre une alternative écologique au béton et se trouve, de fait, de plus en plus prisé par les architectes. On l’utilise également de plus en plus pour produire de l’énergie et de nouveaux secteurs se développent, comme la chimie du bois. Même engouement à l’échelle mondiale. 


Valoops a conscience de cette réalité et des problématiques qu’elle engendre. C’est pourquoi nos produits ne contiennent aucune fibre de bois et sont fabriqués en France, à partir de déchets. Ce choix s’inscrit dans une démarche responsable d’éco-conception et il est important pour nous d’agir concrètement afin de lutter contre la surexploitation du bois, ainsi au lieu de réduire notre consommation de bois en proposant de simples produits composite nous avons décidé de totalement l’éliminer de notre processus de fabrication.

Article précédent Article suivant

0 commentaires